NouvellesProjetsCampagnesSolidar SuisseFaire un don

Mozambique

  
Si le Mozambique affiche depuis quelques années des taux de croissance relativement élevés (de 7 à 9%), il n’en demeure pas moins l’un des pays les plus pauvres du monde. Il occupe en effet le 185e rang sur 187, parmi les pays classés dans le rapport des Nations Unies sur le développement humain. L’essor économique n’a en effet pas bénéficié aux 20 millions d’habitants que compte le pays: la proportion des personnes vivant dans la pauvreté stagne aux alentours de 50%, les inégalités sociales se creusent, l’analphabétisme reste très répandu (45%) et l’espérance de vie est faible (51 ans). Stimulée par de grands projets industriels (aluminium, gaz et charbon destinés à l’exportation), la croissance absorbe de gros investissements en capitaux mais ne crée guère d’emplois.
 
Après son indépendance, en 1975, le Mozambique a été déchiré durant seize ans par la guerre civile. Le conflit a pris fin en 1992, par la signature de l’accord de Rome, et le gouvernement a entrepris de reconstruire le pays au milieu des années 1990. A la tête du pays depuis 1994, le mouvement de libération FRELIMO a été confirmé au pouvoir à quatre reprises.
 
En octobre 2013, le parti d’opposition RENAMO a toutefois dénoncé l’accord de paix de 1992 et mène une guérilla de faible intensité contre le gouvernement. Ce conflit larvé fait régner l’instabilité dans la région centrale (en particulier dans la province de Sofala). Lors des élections communales de 2013, le MDM, nouveau parti d’opposition, est par ailleurs parvenu à détrôner le FRELIMO dans trois grands chefs-lieux de province (Beira, Quelimane et Nampula). Recrutant principalement ses partisans parmi l’électorat jeune et au sein des classes moyennes des villes, le MDM représente désormais un sérieux défi pour le FRELIMO.
 
Les prochaines élections à la présidence sont prévues en octobre 2014. Ayant déjà accompli deux mandats, le président actuel, Armando Guebuza, ne peut plus briguer une réélection.
 
 
Développer les aptitudes de la population à vaincre la pauvreté
Solidar soutient depuis trente ans les personnes défavorisées et marginalisées, ainsi que les victimes de catastrophes naturelles (aide d’urgence et aide à la reconstruction). Le programme de Solidar au Mozambique vise avant tout à promouvoir une répartition équitable des ressources et des revenus, ainsi qu’à réduire la pauvreté. Pour atteindre ces objectifs, il recourt à divers instruments: démocratisation politique et sociale, renforcement des organismes de la société civile, accès des groupes de population défavorisés aux ressources, promotion des droits humains, des normes du travail et de l’égalité entre femmes et hommes. Le rayonnement de ce programme vers d’autres pays de l’Afrique australe constitue par ailleurs la stratégie et l’objectif de Solidar, qui s’engage en priorité pour le travail décent, la participation citoyenne et la démocratie. Quatre thèmes transversaux se retrouvent dans tous les programmes et projets: le genre, le renforcement organisationnel, le VIH/sida et la réduction des risques de catastrophe (RRC).

Joachim Merz est le responsable du programme Afrique australe de Solidar.