FIFA, des bénéfices records sur le dos des pauvres

 19. 03. 2015  
La Fifa s’arrange pour que les coûts de l’organisation des Coupes du monde soient assumés par les Etats-organisateurs, mais pour que les bénéfices lui reviennent. Pour mettre un terme à cette pratique scandaleuse, Solidar Suisse appelle la Fifa à lier l’attribution des Coupes du monde à des conditions contraignantes en terme de respect des droits humains et de la société civile.

Comme prévu, la Fifa a réalisé des bénéfices records de 2,6 milliards de dollars grâce à la dernière Coupe du Monde. Le Brésil a lui aussi dépensé des sommes records. Selon les derniers chiffres, le pays a dépensé plus de 27'000 milliards de real – 12,2 milliards de dollars - pour l’organisation de cet événement, le plus cher de l’Histoire.

Le Brésil a donc payé le prix fort pour ces jeux, alors qu'il devrait investir dans les transports publics, le système de santé et la formation. A la place, l'événement planétaire a conduit à un désastre social : de nombreux Brésiliens parmi les plus pauvres ont perdu leur source de revenu ou leur logement à cause « des zones d'exclusion commerciale » mises en place par la Fifa. Environ 250'000 personnes ont été délogées, souvent de manière violente et sans compensation. La Coupe du Monde a aussi laissé derrière elle quatre « Eléphants blancs » - des stades qui ont coûté des dizaines de millions et qui ne sont pratiquement plus utilisés.