NouvellesProjetsCampagnesSolidar SuisseFaire un don

75 ans de Solidarité

  

L'Oeuvre suisse d'entraide ouvrière OSEO a été fondée en 1936 par l'Union syndicale suisse et le Parti socialiste suisse dans l'intention d'apporter aide et assistance aux familles d'ouvriers et ouvrières victimes de la «grande crise», tant en Suisse qu'à l'étranger. L'OSEO a aussi dispensé une aide humanitaire lors de la guerre civile en Espagne.
 
Lors de la Seconde Guerre mondiale, l'OSEO est venue en aide aux réfugié-e-s. L'action «Colis Suisse», menée grâce à la collaboration de dizaines de bénévoles, a ainsi permis d'envoyer des paquets contenant des vivres dans plusieurs camps de réfugié-e-s d'Europe. Cette action a bénéficié à des dizaines de milliers de personnes fuyant la guerre.
 
L'OSEO a aussi participé activement à la création, en 1944, du «Don suisse en faveur des victimes de la guerre» par la Confédération, et à la reconstruction de l'Europe après la fin du conflit. Depuis 1949, l'OSEO fut l'une des premières œuvres d'entraide suisses actives en matière de coopération au développement, entre autres en Grèce, en Israël/Palestine, en Yougoslavie, ainsi qu'en Algérie et en Tunisie.
 
En 1951, l'OSEO a fait partie des fondateurs de l'OEuvre internationale d'entraide ouvrière, qui est devenue Solidar en 1995.
 
Avec l'Österreichische Volkshilfe (Aide populaire autrichienne), elle a fourni une aide substantielle aux réfugiés hongrois ayant fui leur pays après le soulèvement populaire de 1956.
 
L'occupation de la Tchécoslovaquie en 1968, la guerre civile au Biafra et l'oppression des opposant-e-s au régime militaire en Grèce, ont fait des milliers de réfugié-e-s politiques et l'OSEO n'a pas manqué de leur porter assistance. Les années soixante ont aussi été marquées par des catastrophes naturelles: l'OSEO s'est donc dotée d'un service d'aide en cas de catastrophe, devenu aujourd'hui le département Aide humanitaire.
 
Dans les années septante, le soulèvement populaire au Nicaragua a suscité en Europe un grand mouvement de solidarité avec l'Amérique centrale. L'OSEO a envoyé des bénévoles au Nicaragua où elle a mené une vaste campagne d'alphabétisation. L'OSEO continue à développer ses activités en matière de coopération au développement. En 1974, elle mène un projet de construction de puits en Haute Volta (aujourd'hui Burkina Faso).
 
La prise du pouvoir par Pinochet au Chili et le coup d'Etat militaire en Turquie ont provoqué un afflux de requérant-e-s d'asile en Suisse. L'aide de l'OSEO aux réfugié-e-s s'est donc rapidement développée. Dès 1984, l'OSEO s'est engagée contre les durcissements successifs du droit d'asile.
 
La chute du mur de Berlin, en 1989, a entraîné un véritable bouleversement en Europe de l'Est. Collaborant avec des unions syndicales roumaines, l'OSEO a mis en œuvre des mesures sur le marché de l'emploi et des programmes de formation syndicale dans ce pays.
 
Au début des années nonante, la Suisse a été confrontée à un nouveau problème: le taux de chômage est passé de moins de 1% à plus de 5%. L'OSEO a alors joué un rôle de pionnière en mettant sur pied différents programmes pour les personnes au chômage. Les antennes régionales de l'OSEO se sont développées; en 2005, elles se sont transformées en 10 associations régionales autonomes. Ces dernières continuent à être actives sous le nom d'OSEO.
 
L'OSEO s'est, en outre, davantage investie dans l'aide humanitaire. Elle s'est engagée en Bosnie et au Kosovo peu après la guerre d'ex-Yougoslavie. Elle est aussi intervenue en Amérique centrale (2000) après l'ouragan Mitch, après le tsunami qui a ravagé l'Asie du sud-est en 2004 et après les terribles inondations qui ont frappé le Pakistan en 2010. L'OSEO n'a pas limité son action à une aide d'urgence; elle s'est aussi engagée pour une reconstruction durable.
 
Pour éradiquer la pauvreté dans le monde, un changement de comportement est nécessaire en Suisse. L'OSEO l'a montré via différentes campagnes dès 2008 entre autres «Non à l'exploitation grâce à nos impôts!» et «Hors jeu - Non à l'exploitation lors du Mondial de football!».
 
En 2011, l'OSEO s'offre un nouveau nom à l'occasion de son 75ème anniversaire: Solidar Suisse.
 
Solidar est actuellement active dans les pays suivants en matière de coopération au développement et/ou d'aide humanitaire: Afrique du Sud, Bolivie, Burkina Faso, Chine, El Salvador, Kosovo, Mozambique, Nicaragua, Pakistan, Serbie et Sri Lanka. Dans ses activités, Solidar lutte tout particulièrement pour des conditions de travail décentes et pour un revenu suffisant pour vivre.
 
En Suisse, Solidar vient de lancer, en avril 2011, un rating social des communes. Ce dernier examine dans quelle mesure 70 communes suisses agissent conformément au principe «Penser global - agir local».
 
 
Les associations OSEO régionales
En Suisse, dix associations régionales autonomes, employant environ 300 collaborateurs et collaboratrices, s'engagent aux côtés des personnes défavorisées. Elles proposent des programmes de formation et de réinsertion professionnelle aux personnes au chômage ou en fin de droits. Elles soutiennent également les personnes requérantes d'asile, réfugiées ou migrantes, avec des services d'accompagnement et de conseil. Les associations régionales sont actives dans dix cantons: Bâle, Berne, Fribourg, Genève, Schaffhouse, Suisse centrale, Tessin, Valais, Vaud et Zurich. Elles font partie des organismes qui soutiennent l'Organisation suisse d'aide aux réfugié-e-s OSAR.